Commentaires


Aucun commentaire

Clémence et Monique aux Frances Elites

Rédigé par Loic le 2011-09-26 15:00:00

Clémence et Monique aux Frances Elites
Clémence Vigier (à gauche) et Monique Mendelson (à droite) ont représenté Echirolles aux Chpts de France Élite
Rendez-vous pour le départ à 13 h 15 avec Monique, Clémence en mission sur Paris nous rejoignant le soir à Vendôme en train. Chargement des affaires dans le kangoo vert (dont je suis devenu fan) et en route pour la grande aventure. Six heures de trajet et autant de discussion avec Monique, façon agréable de faire passer les paysages monotones une fois passé la Région Auvergne à l'attaque du centre de la France (à signaler l'aire d'autoroute du centre de la France !!!). Les derniers kilomètres de nationale semblent interminables à travers champs, forêt, rond-point et longues lignes droites.

L'équipe au complet se reforme à l'hôtel où Clémence est arrivée en avance, déchargement des affaires (les vélos restent dans la voiture, pratique le kangoo) et prise d'assaut de la chambre à la surface restreinte pour 3.

Nous partons vers le château de Villiers-sur-Loir situé à 1 km du lieu de déroulement du Championnat de France pour la pasta party. L'arrivée au château se fait par un chemin digne de la Saintélyon (un peu défoncé et pas d'éclairage), la foule n'est pas au rendez-vous. Dans l'entrée je salue deux arbitres de la région Rhône-Alpes : Catherine Grossetête et Pascal Godel.

Point de triathlète renommé en vue, déception de l'équipe ! Le repas est vite expédié aux airs d'un groupe de jazz de Vendôme (le saxo est chaud chaud n'est ce pas Monique ') qui nous fait hausser la voix pour s'entendre parler.

Retour à l'hôtel vers 22 h, chacun dans son lit et c'est parti pour une soirée geek (Ipod, I-mac et smartphone) à fond sur facebook et les sms. La fatigue ayant raison de nous, extinction des lumières. Réveil programmé à 7 h pour un petit-déjeuner vers 8 h, le départ de la course étant à 13 h 30.

Petit-déjeuner silencieux, le stress pré-compétition fait son apparition. Tony Moulai est assis à la table voisine, petit regard furtif dans sa direction. Check-up des affaires pour la journée, grand soleil et pas un souffle de vent. Nous arrivons à 10 h sur le site, les masters sont en pleine course vélo. Récupération des dossards avec deux numéros intimidants : le 5 pour Monique et le 6 pour Clémence, c'est beau l'Elite ! Les bouteilles de rosé remises avec les dossards détendent un peu l'atmosphère.

Repérage du parc à vélo et du départ natation, tour du plan d'eau pour la reco de la course à pied et du parcours natation, et se détendre un peu. Nous en profitons pour encourager les masters.

Retour à la voiture, collage des numéros sur les casques et les vélos. Quelques km à rouler afin de tester les sensations sur le parcours. Les filles ont la banane, ça fait plaisir à voir.

Séance de lèche-vitrine dans les stands en attendant l'ouverture de l'aire de transition.

Pose des vélos dans le parc, il est déjà 13 h. Le soleil est à son zénith pour nous accompagner au départ natation. A l'ombre des arbres, les filles attendent le dernier moment pour enfiler la combinaison. Un peu de natation pour prendre la température de l'eau (annoncée à 19°C) et se rafraîchir. L'organisation appelle les athlètes à se présenter à l'entrée du box de départ, elles nommées chacune à leur tour, intense moment d'émotion pour Clémence et Monique (ainsi que pour moi). Je leur ai dit de se placer à droite pour prendre la bouée à l'extérieur et elles se retrouvent avec les meilleures françaises. Elles sont un peu surexcitées, pressées de prendre le départ.

Le coup de feu retentit et les filles s'élancent toutes ensemble, ça fait un sacré boucan ! Clémence et Monique sont parties à fond, je me dépêche de me rendre à la sortie de l'eau car 700 m ça passe vite. Au bout de 11 minutes, les premières apparaissent emmenées par Jessica Harrison, Monique arrive en 15 minutes et Clémence en 18 minutes. Enlèvement de combi un peu compliqué pour Monique.

Je vais me placer à l'entrée du parc à vélo pour voir l'ensemble des participantes passer leur 1er tour vélo, ça roule fort. Jessica Harrison et Charlotte Morel mènent la course en tête, Emmie Charayron est pointée à 2 min du duo. Monique a trouvé une alliée de circonstance qui ne lui sera pas d'une grande aide mais elle ne se départit pas de son sourire. Quand à Clémence qui redoutait un peu le vélo à cause de ses trois points de suture au genou droit passe seule avec le sourire.

Les premières posent le vélo et partent s'expliquer en course à pied tandis que Monique et Clémence attaquent leur deuxième tour de circuit (il se déroulait sur route fermée à la circulation automobile).

Monique rentre au parc à vélo et part en petite foulée dynamique, Clémence se présente quelques minutes plus tard et s'élance à son tour. Je rebrousse le parcours de la course à pied afin de les encourager.

Monique est régulière et remonte quelques concurrentes, Clémence accélère dans son deuxième tour sans se soucier de son genou meurtri de Vaux-en-Velin.

Nos deux élites franchissent la ligne d'arrivée à 11 minutes d'intervalles et je les retrouve souriantes au ravitaillement en train de raconter leur course avec les yeux qui brillent et un sourire éclatant.

Le podium des élites femme est dans l'ordre : Jessica Harrison, Charlotte Morel et Julie Nivoix (j'en reste muet !!!).

15 h 30, je profite de la fin de la course pour aller manger pendant que les demoiselles vont se faire masser par les kinés. C'est aussi l'heure de départ de la course élite hommes et il y a niveau (Laurent Vidal, David Hauss, Fred Belaubre, Aurélien Raphaël,'..). La course est palpitante car en plus commentée en direct depuis une moto. Au final, Laurent Vidal l'emporte devant Aurélien Lescure et Pierre Le Corre (tous les deux U23).

17 h 30, Monique se fait prendre en photo par Clémence avec Emmie Charayron (Manu est fan de Emmie).

18 h, les podiums. La fatigue se fait sentir, nous rentrons à l'hôtel afin de nous préparer pour la grandiose soirée de clôture au château de Villiers-sur-Loir. A l'arrivée au château, il y a encore moins de voiture que la pasta party de la veille. Je reste dans la voiture pendant que les filles vont jeter un coup d''il discret à la soirée, retour tout aussi discret à la voiture. Grosse déception, nous nous attendions à ce qu'il y ait plus de monde et plus d'ambiance. Retour à l'hôtel et nous nous rendons au Buffalo Grill situé juste à côté.

10 minutes d'attente et nous voilà confortablement installé sur une banquette et l'estomac dans les talons. Clémence accuse le coup, la fatigue et le beau soleil de la journée ont eu raison d'elle. Elle rentre à l'hôtel sans prendre son dessert (il ne sera pas perdu pour tout le monde). Nous expédions le dessert avec Monique et filons rejoindre Clémence, pas de soirée geek en perspective. Le marchand de sable ne tarde pas.

Réveil à 7 h par une Monique survoltée, nous patientons jusqu'à 8 h pour le petit-déjeuner et cette fois-ci point de stress ni de triathlète renommé à proximité. Les filles ont la banane de leur épreuve de la veille et cela fait plaisir à voir.

Départ à 9 h 30 pour retrouver nos chères montagnes, Clémence est rapidement bercée par l'enchaînement des ronds-points et des longues lignes droites. Nous tchatchons avec Monique. Pause du midi à l'aire des volcans d'Auvergne où nous croisons les concurrents du 100 km de Millau qui se reconnaissent à leur démarche ! Nous montons à une table d'orientation afin d'admirer les volcans qui dominent la ville de Clermont-Ferrand. Nous reprenons la route afin d'achever ce beau périple.

Voilà le récit d'un magnifique week-end avec deux super nanas.

Tags : Résultats, Compétitions, Triathlon, Championnats de France, Sprint